Notre page facebook  Notre page twitter  Notre flux rss
    Le Spitzberg en détail et guide pratique
Accueil • Aller au Spitzberg • À propos

Svalbard/Spitzberg Le vivant L'actualité Documents
Introduction 
Histoire
Géologie
Géographie
Côte Est / Nord-Est
Côte Nord / Nord‑Ouest  
Côte Ouest
L'Isfjord / Le Bellsund
Côte Sud-Ouest
Le Hornsund
Le Sud
Mammifères terrestres
Mammifères marins
Insectes et poissons
Oiseaux
Flore
L'inventaire bio
Nature et protection 
Nouvelles 2017
Nouvelles 2016
Nouvelles 2015
Nouvelles 2014
Nouvelles 2013
2012 et 2011
2010 et 2009
Svalbard pratique
Commerces/services
Cartes des glaces
Bibliographie
Liens

Menaces pour les populations de manchots empereurs d'ici la fin du siècle

Les nouvelles du Svalbard, Juillet 2014

Les populations de manchots empereurs pourraient diminuer d'environ 20 % d'ici 2100 à cause du réchauffement climatique et des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités humaines. Le changement climatique réduira la population de manchots empereurs de l'Antarctique d'au moins un cinquième d'ici 2100 alors que la mer de glace sur laquelle les oiseaux se reproduisent devient de moins en moins sécurisée, d'après ce qu'a indiqué une étude publiée dimanche, dans la revue « Nature Climate Change » Le rapport demande aux gouvernements de lister les oiseaux dans la catégorie des espèces en danger, bien que les populations de 45 colonies connues soient susceptibles d'augmenter légèrement d'ici 2050 avant de plonger. Une telle classification imposerait des restrictions sur les compagnies de tourisme et de pêche. Les populations de la plupart des 18 types de manchots sont en diminution, d'après une Liste Rouge tenue à jour par des experts de la conservation. Les manchots empereurs sont l'une des trois espèces considérées comme stables, avec environ 600 000 oiseaux. Seuls les manchots royaux, Adélie et à jugulaire voient leur population augmenter. Les manchots empereurs se reproduisent sur la mer de glace, et les mâles se regroupant ensemble pour maintenir les œufs au chaud dans l'obscurité de l'hiver et avec des températures atteignant -50°C, sont vulnérables au déplacement de la banquise. Trop de glace signifie que les femelles, qui peuvent parcourir jusqu'à 100 kilomètres dans la mer pour attraper des poissons, doivent faire plus de kilomètres sur la glace avant d'atteindre la mer. Trop peu de glace signifie que les vagues pourraient diviser les colonies au printemps. Les écologistes ont exhorté les gouvernements à accepter les réserves marines proposées dans la Mer Ross et au large de l'Antarctique de l'Est - un projet auquel s'oppose la Russie- pour protéger la faune et la flore sauvages. Les images satellites ont rendu plus facile d'estimer les populations de manchots empereurs, notamment une découverte en 2009 que les fientes des colonies laissent des tâches visibles depuis l'espace.

Manchot empereur et son petit
Les manchots empereurs se reproduisent sur la glace de mer ; cette dernière leur fournit les bases de la chaîne alimentaire et ce faisant de la nourriture pour leurs poussins.

Actualites-news-environnement. 2/07/2014

Traduction et adaptation : Bernard Soumier



Voyage Spitzberg - Croisière Spitzberg
Si vous vous intéressez à la région du Svalbard et à ses paysages extraordinaires,
nous vous invitons à découvrir les voyages polaires proposés par Grands Espaces.
Ce spécialiste des croisières polaires vous conduira au plus près des ours blancs,
pour un séjour authentique au coeur de la nature sauvage du grand nord.