Notre page facebook  Notre page twitter  Notre flux rss
    Le Spitzberg en détail et guide pratique
Accueil • Aller au Spitzberg • À propos

Svalbard/Spitzberg Le vivant L'actualité Documents
Introduction 
Histoire
Géologie
Géographie
Côte Est / Nord-Est
Côte Nord / Nord‑Ouest  
Côte Ouest
L'Isfjord / Le Bellsund
Côte Sud-Ouest
Le Hornsund
Le Sud / Le Sud-est
Mammifères terrestres
Mammifères marins
Insectes et poissons
Oiseaux
Flore
L'inventaire bio
Nature et protection 
Nouvelles 2017
Nouvelles 2016
Nouvelles 2015
Nouvelles 2014
Nouvelles 2013
2012 et 2011
2010 et 2009
Svalbard pratique
Commerces/services
Cartes des glaces
Bibliographie
Liens

Nouvelles du Svalbard et autres brèves polaires, juin 2010

Les gros bateaux de croisière au Spitzberg : bientôt de l'histoire ancienne ?

Dans les Réserves Naturelles (approximativement la moitié Est de l'archipel du Spitzberg) le fuel lourd est déjà interdit comme carburant depuis 2007 et depuis 2009 ceci est valable aussi pour les Parcs Nationaux (avec, de façon transitoire pour quelques années, une exception : la Baie de la Madeleine). Le fuel lourd est le carburant habituel des gros bateaux de toutes sortes, y compris des bateaux de croisière.
A présent on envisage d'interdire le fuel lourd comme carburant dans toutes les eaux du Spitzberg, à l'exception des itinéraires qui mènent à Longyearbyen et de la cité minière de Sveagruva. Il s'agit d'éviter ainsi qu'en cas d'avarie, le fuel lourd, extrêmement polluant pour l'environnement, ne se déverse dans la mer.
Une telle interdiction pourrait signifier probablement la fin effective des bateaux de croisière ou tout du moins une réduction drastique. Du point de vue de la protection de l'environnement, pas mal de choses parlent assurément en faveur de l'interdiction du fuel lourd ou pour le moins d'une limitation étendue.
En 2009 ce sont 41 387 personnes qui se sont rendues au Spitzberg par la voie des mers, donc presque toutes à bord de gros bateaux de croisières. En 2010 il pourrait y en avoir encore davantage.

Le bateau Costa Magica
Le Costa Magica, 3400 passagers, à Longyearbyen le 3 août 2009, est jusqu'à présent le plus gros bateau à être allé au Spitzberg.

Les ours polaires pillent les colonies d'oies

Ce n'est pas nouveau : les ours polaires sont des opportunistes qui ne dédaignent pas ce qui est comestible, mais on aura noté ces dernières années une recrudescence des visites d'ours polaires dans les colonies d'oies (bernaches nonnettes), du moins sur les petites îles de la côte Ouest du Spitzberg et cela au début de l'été, à une période où les nids sont une proie facile.
C'est ce que montrent les observations du biologiste néerlandais Jouke Prop : si, au début des années 70, les ours passaient au gré de la banquise dérivante le long de la côte Ouest fin mai/début juin, sans accorder d'attention particulière aux colonies d'oies nicheuses, absolument aucun ours ne fut observé dans les années 80.
Par contre, ces dernières années, les visites d'ours polaires connaissent une nette recrudescence et ce, de façon surprenante, seulement à partir de la fin juin, alors que la banquise dérivante est absente dans la région, mais qu'en revanche il y a quelque chose à manger dans les nids.
Hasard ou simple modèle comportemental ? On ne le sait pas (encore).
En tout cas on a estimé qu'après 4 visites d'ours en l'espace de quelques jours, il ne restait plus environ qu'un pour cent de la nichée potentielle habituelle des bernaches nonnettes.

Ours polaire, oie à bec court. Edgeøya
Ours polaire avec une oie à bec court. Edgeøya, mi-juillet 2009.

Sources : Spitzbergen.de



Voyage Spitzberg - Croisière Spitzberg
Si vous vous intéressez à la région du Svalbard et à ses paysages extraordinaires,
nous vous invitons à découvrir les voyages polaires proposés par Grands Espaces.
Ce spécialiste des croisières polaires vous conduira au plus près des ours blancs,
pour un séjour authentique au coeur de la nature sauvage du grand nord.