Notre page facebook  Notre page twitter  Notre flux rss
    Le Spitzberg en détail et guide pratique
Accueil • Aller au Spitzberg • À propos

Svalbard/Spitzberg Le vivant L'actualité Documents
Introduction 
Histoire
Géologie
Géographie
Côte Est / Nord-Est
Côte Nord / Nord‑Ouest  
Côte Ouest
L'Isfjord / Le Bellsund
Côte Sud-Ouest
Le Hornsund
Le Sud
Mammifères terrestres
Mammifères marins
Insectes et poissons
Oiseaux
Flore
L'inventaire bio
Nature et protection 
Nouvelles 2017
Nouvelles 2016
Nouvelles 2015
Nouvelles 2014
Nouvelles 2013
2012 et 2011
2010 et 2009
Svalbard pratique
Commerces/services
Cartes des glaces
Bibliographie
Liens

Nouvelles du Svalbard et autres brèves polaires, décembre 2010

Le guillemot de Brünnich sur la liste rouge norvégienne

Celui qui a observé une fois les oiseaux du Spitzberg, gardera toujours en mémoire les colonies impressionnantes de guillemot de Brünnich avec parfois des dizaines de milliers d'oiseaux noirs et blancs nichant sur un espace extrêmement réduit.
Le recul des effectifs, déjà observé depuis plusieurs années, a eu pour conséquence de placer le guillemot de Brünnich sur la liste rouge norvégienne qui englobe aussi le Spitzberg. Sur le continent, la Norvège se doit de constater que, depuis un moment, les colonies d'oiseaux de mer disparaissent pratiquement l'une après l'autre. Au Spitzberg la situation n'est pas (encore ?) aussi grave, mais ce signal d'alarme très clair témoigne de toute façon d'une nouvelle progression. On ne connaît pas les causes dans le détail, mais cela a probablement quelque chose à voir avec la modification de la bases alimentaire, laquelle est sans doute à son tour liée aux conséquences du changement climatique ou de la surpêche.
Plusieurs autres espèces du Spitzberg, notamment des plantes comme les graminées, sont apparues aussi sur la liste rouge, ce qui ne signifie pas forcément que ces espèces se portent moins bien qu'autrefois : figurer sur la liste rouge peut aussi venir du fait que l'on dispose à présent de nouvelles informations sur la diminution d'une espèce sur des aires restreintes, ce qui entraîne automatiquement l'augmentation d'une menace potentielle.
D'autres espèces ont pu être rayées de la liste, ce qui est du parfois aussi à une amélioration de l'information.

Guillemot de Brünnich perché
Guillemot de Brünnich

Sources : Svalbardposten.no

Contrôle des passeports à Longyearbyen

Le 1er février 2011 sera introduit à Longyearbyen le contrôle des passeports lors de l'entrée au Svalbard. La raison en est que la Norvège fait partie de l'espace Schengen, mais pas le Spitzberg à cause de son statut particulier (voir le Traité du Svalbard) ; là, les citoyens de tous les états signataires ont un droit de séjour sans réserve. Selon les accords de Schengen, les passeports doivent être contrôlés pour les zones situées au-delà des frontières de cet espace.
La carte d'identité est acceptée. Comme il n'en existe pas (encore) en Norvège, les ressortissants norvégiens pourront, durant la période transitoire, prouver leur identité avec un permis de conduire, délivré après 1998, ou une carte bancaire, ou encore une pièce d'identité militaire
Comme les enfants ne disposent pas d'autres pièces d'identité et que l'on ne peut pas exiger de passeport de la part des Norvégiens, ces enfants pourront être identifiés par un adulte accompagnant. Ces dispositions transitoires ne dureront que tant qu'il n'y aura pas de carte d'identité en Norvège.

Aeroport de Longyearbyen
l'aéroport de Longyearbyen, avec bientôt contrôle des passeports.

Source : communiqué de presse du gouvernement norvégien

Le projet « PCB » couronné de succès (PCB = Polychlorobiphéniles)

C'est précisément à Noël que sont arrivées de bonnes nouvelles du Grand Nord : le projet, de débarrasser le Spitzberg, autant que possible, des sources locales de PCB, est achevé. Le 23 décembre la firme russe Trust Arktikugol a livré les derniers éléments préfabriqués contenant du PCB à Longyearbyen, d'où ils seront acheminés vers la Finlande pour y être éliminés par une entreprise spécialisée.
An cours de ce projet, mené en commun par les acteurs russes et norvégiens, ce sont en tout 4762 anciens appareils contenant des PCB, polluants toxiques persistants et dangereux pour l'environnement, qui ont été répertoriés et enlevés des agglomérations ; parmi ces appareils 3750 proviennent des cités russes Barentsburg et Pyramiden.

Barentsburg
Barentsburg, le plus grand fournisseur de PCB au Spitzberg.

Source : Sysselmannen

Jan Mayen réserve naturelle

Depuis le 19 novembre 2010 l'île Jan Mayen est une réserve naturelle. Le statut de protection concerne toute l'île, sauf une zone autour de la station norvégienne et la piste d'atterrissage, ainsi qu'une zone maritime de 12 miles. Les réglementations sont identiques à celles en vigueur dans les réserves naturelles des îles du Spitzberg, mis à part que le tourisme sur Jan Mayen, assurément facilement chiffrable, doit s'adapter à des restrictions : les débarquements de croisiéristes à l'intérieur de l'aire protégée ne sont désormais possibles qu'avec l'autorisation du commandant de la station (cela exige en effet une expérience confirmée) et le camping est réservé aux occupants de la station et à ses visiteurs éventuels.

Source : Agence de presse du gouvernement norvégien

Visiteur à Jan Mayen
Visiteur à Jan Mayen

Aurores boréales : maximum en 2013/14

Les aurores boréales (Aurora borealis) de même que les aurores australes (Aurora australis) sont causées par le vent solaire, à savoir un flux de particules issu du soleil et qui réagit dans la haute atmosphère au contact du champ magnétique terrestre et de particules gazeuses. Ainsi donc la fréquence et l'intensité de ces aurores dépendent de l'activité du soleil. Or, celle-ci fluctue selon un cycle de 11 ans, qui connaîtra un nouveau maximum en 2013/2014. Les fans des aurores boréales devraient retenir cette date.

Aurore boréale
Aurore boréale au Spitzberg, octobre 2008

Source : Svalbardposten



Voyage Spitzberg - Croisière Spitzberg
Si vous vous intéressez à la région du Svalbard et à ses paysages extraordinaires,
nous vous invitons à découvrir les voyages polaires proposés par Grands Espaces.
Ce spécialiste des croisières polaires vous conduira au plus près des ours blancs,
pour un séjour authentique au coeur de la nature sauvage du grand nord.