Notre page facebook  Notre page twitter  Notre flux rss
    Le Spitzberg en détail et guide pratique
Accueil • Aller au Spitzberg • À propos

Svalbard/Spitzberg Le vivant L'actualité Documents
Introduction 
Histoire
Géologie
Géographie
Côte Est / Nord-Est
Côte Nord / Nord‑Ouest  
Côte Ouest
L'Isfjord / Le Bellsund
Côte Sud-Ouest
Le Hornsund
Le Sud / Le Sud-est
Mammifères terrestres
Mammifères marins
Insectes et poissons
Oiseaux
Flore
L'inventaire bio
Nature et protection 
Nouvelles 2017
Nouvelles 2016
Nouvelles 2015
Nouvelles 2014
Nouvelles 2013
2012 et 2011
2010 et 2009
Svalbard pratique
Commerces/services
Cartes des glaces
Bibliographie
Liens

La fonte des glaciers s'accélère en Antarctique : le point de non-retour a été atteint

Les nouvelles du Svalbard, Mai 2014

Après des décennies d'observations et d'analyses, des glaciologues confirment que certaines parties de l'inlandsis occidental de l'Antarctique fondent de manière irréversible avec des conséquences très importantes sur la hausse future du niveau des océans. Après 40 ans de suivi, un faisceau de preuves montre que le "point de non-retour" a été franchi à l'ouest de l'inlandsis de l'Antarctique, dans la Mer d'Amundsen, indique le glaciologue français Eric Rignot, (Université de Californie et laboratoire Jet Propulsion de la NASA, Pasadena, Californie - USA). En effet, dans cette région, la fonte de la calotte glaciaire s'accélère de manière « dramatique » : depuis 1973, la perte de glace a augmenté de 77 % ! Le continent Antarctique est tellement hostile et éloigné des installations humaines que l'étude de son inlandsis n'a débuté que dans les années 1950. Dès 1968, la région ouest a été qualifiée d' « instable » par le glaciologue John Mercer (Université d'État de l'Ohio).
En effet, depuis déjà des milliers d'années, sa structure géologique se modifie alors que la partie orientale de l'Antarctique et les glaciers du Groenland semblent bien plus stables. Depuis, les études se sont succédé et ont confirmé que la calotte glaciaire de cette région est en perdition. Ce point de non-retour n'est donc pas une surprise pour les scientifiques qui suivent l'évolution de l'inlandsis occidental depuis plus de 40 ans. Plusieurs glaciers de la mer d'Amundsen connaissent une fonte accélérée depuis les années 1970 : de 1992 à 2011, le glacier Thwaites, le plus massif de l'Antarctique occidental, avec une largeur de 120 kilomètres, a reculé de 14 km. Pourquoi l'ouest de l'Antarctique est-il en train de fondre ? Cette fonte inéluctable s'explique principalement par le fait que la glace repose majoritairement sur un lit rocheux qui se trouve en-dessous du niveau de la mer. Dans le même temps, l'ouest de la péninsule Antarctique a connu la plus grande augmentation de la température sur la Terre, avec une hausse de 0,5 degré Celsius par décennie : un réchauffement sans précédent depuis un demi-siècle. C'est donc un ensemble de caractéristiques géologiques couplées avec le réchauffement de cette partie de l'océan austral qui conduit à la fonte des glaciers de l'inlandsis occidental de l'Antarctique.

Le glacier Thwaites en Antarctique
Le glacier Thwaites en Antarctique occidental

Source : PlanèteInfo /13 mai 2014

Traduction / adaptation : Bernard Soumier



Voyage Spitzberg - Croisière Spitzberg
Si vous vous intéressez à la région du Svalbard et à ses paysages extraordinaires,
nous vous invitons à découvrir les voyages polaires proposés par Grands Espaces.
Ce spécialiste des croisières polaires vous conduira au plus près des ours blancs,
pour un séjour authentique au coeur de la nature sauvage du grand nord.