Notre page facebook  Notre page twitter  Notre flux rss
    Le Spitzberg en détail et guide pratique
Accueil • Aller au Spitzberg • À propos

Svalbard/Spitzberg Le vivant L'actualité Documents
Introduction 
Histoire
Géologie
Géographie
Côte Est / Nord-Est
Côte Nord / Nord‑Ouest  
Côte Ouest
L'Isfjord / Le Bellsund
Côte Sud-Ouest
Le Hornsund
Le Sud
Mammifères terrestres
Mammifères marins
Insectes et poissons
Oiseaux
Flore
L'inventaire bio
Nature et protection 
Nouvelles 2017
Nouvelles 2016
Nouvelles 2015
Nouvelles 2014
Nouvelles 2013
2012 et 2011
2010 et 2009
Svalbard pratique
Commerces/services
Cartes des glaces
Bibliographie
Liens

La station dérivante russe mise au rancart

Les nouvelles du Svalbard, Février 2014

Pour la première fois depuis 10 ans, la Russie n'aura pas de station de recherche dérivante dans l'Arctique. La raison invoquée est la hausse des coûts de la société Atomflot pour l'utilisation de ses brise-glaces. Pendant cet hiver les scientifiques russes ne pourront pas poursuivre leurs recherches sur l'Océan Arctique à partir d'une plaque de banquise dérivante. Selon Wladimir Sokolov, du département des expéditions polaires de la HEMA (Hydrometeorology and Environmental Agency), Atomflot, propriétaire des brise-glaces à propulsion nucléaire, a augmenté massivement ses tarifs. L'agence HEMA a maintenant prié le gouvernement de Moscou de passer à l'action, mais sans obtenir encore de réponse, poursuit Sokolov.

La Russie a exploité ses stations de recherche dérivantes depuis 1937, année de la mise en service de la première station, la Nordpol-1. À partir de 1954 de une à trois stations ont travaillé chaque année en continu dans l'Arctique. Après la fin de l'Union Soviétique les stations furent arrêtées pendant 12 ans et ne furent remises en service qu'en 2003. La dernière station « Nordpol-40 », a fonctionné d'octobre 2012 à juin 2013 et attira l'attention du monde entier lorsque les occupants durent être évacués suit à la dislocation de la plaque de banquise. À cause de la diminution des glaces dans l'Arctique il devint plus difficile d'année en année de trouver une plaque adéquate pour la station. Avant d'en choisir une sûre et capable de la supporter, le brise-glace d'Atomflot, qui transportait toute l'équipe et le matériel, dut faire le tour du Pôle. Pendant la saison précédente les scientifiques avait déjà du se battre avec les glaces ; à la fin avril 2012 les occupants de « Nordpol »-39 furent transférés sur une autre plaque de banquise, car la leur commençait à se fractionner. Pour éviter tous ces problèmes à l'avenir, la Russie a mis à disposition 1,7 milliards de roubles (environ 42 millions d'Euros) pour le développement d'une plate-forme renforcée pour la glace et à propulsion autonome. Celle-ci doit remplacer les plaques de glace naturelles et servir de base pour les futures stations dérivantes.

la station dérivante temporaire Barnéo
Chaque année en avril la station dérivante temporaire « Barneo » est installée à environ 100 km du Pôle Nord.
la station dérivante Nordpol-1
«Nordpol-1» fut la première station polaire dérivante, installée près du Pôle Nord par l'Union Soviétique en 1937 et dirigée par Ivan Papanin.
la station dérivante Nordpol-32
Pendant l'été 2004, la station dérivante « Nordpol »-32 dut être évacuée en raison de l'instabilité de la glace.

Source : PolarNews 11/02/2014

Traduction / adaptation : Bernard Soumier



Voyage Spitzberg - Croisière Spitzberg
Si vous vous intéressez à la région du Svalbard et à ses paysages extraordinaires,
nous vous invitons à découvrir les voyages polaires proposés par Grands Espaces.
Ce spécialiste des croisières polaires vous conduira au plus près des ours blancs,
pour un séjour authentique au coeur de la nature sauvage du grand nord.